BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
L’autre Débarquement
Categories : Artistes Brokatof, Mondokatof | Auteur : Jerome

Christian Philibert fait parti des réalisateurs capables d’alterner les projets de films de fiction et les films documentaires avec beaucoup d’aisance.
En effet, si il est bien connu des cinéphiles pour ses comédies cultes comme « les 4 saisons d’Espigoule », « Travail d’Arabe » et « Afrik’Aïoli », ce cinéaste passionné d’Histoire et de la Provence réalise régulièrement de passionnants documentaires.

Le dernier, « Provence août 144, l’autre débarquement » nous rappelle 70 ans après, le rôle, plus important que les manuels d’histoires nous l’apprennent, du débarquement de Provence et des hommes, Français, Marocains, Algériens, Américains, Sénégalais, Anglais ou Tunisiens qui sont morts pour notre liberté.

Le film est illustré de rares images d’archives d’époque ainsi que d’interviews et témoignages d’historiens et d’acteurs de cette libération.
Mise à jour du 18/08/2014 – Documentaire + débat :

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x23nrlj_debarquement-de-provence-emission-speciale-14-08-2014_tv?start=3310[/dailymotion]

Laisser un commentaire

Ici on a un faible pour les morceaux qui mettent tout le monde d’accord alors quand une prod de Kafra est numéro un des ventes sur le shop Reggae/Dancehall Iries Ities on veut que ça se voit: Internautes DJ’s qui nous lisez on parle bien de 45t de premier choix à ranger dans vos besaces, […]

Conservasons, un projet participatif pour la préservation de notre mémoire sonore   Dans la société de sur-consommation dans laquelle nous vivons, jeter un objet détérioré ou obsolète est devenu une triste banalité quotidienne. Aujourd’hui, la mode est aux écrans plats et il ne se passe pas une semaine sans me trouver face à ce genre […]

chien en costume de brokatof spirit

Ce matin je me suis réveillé flaps. Un peu smooth quoi,  comme quand on reçoit un quinzaine de « mail delivery failure » après avoir envoyé un lolcat en kilt un soir de réveillon. Non pas que j’avais mal au crâne mais je me sentais inexplicablement nostalgique (ne pas confondre avec aspegic) comme un sole pleureur australien […]