BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
Où est ma Demeure ?
Categories : Artistes Brokatof, Brokatof TV, Interview | Auteur : Jerome

Aujourd’hui, nous sommes heureux de vous faire découvrir le premier reportage vidéo réalisé pour le site du collectif Brokatof :
« le making of »  de l’enregistrement du premier album de l’ensemble Joia, « Où est ma demeure ? ».

Sur des compositions mélangeant un choeur et des instruments classiques, jazz et traditionnels, enregistrées par Romain Castéra au studio La Buissonne (Vaucluse).
Vous entendrez dans ce reportage, quelques extraits musicaux et vous constaterez la bonne ambiance de travail et de complicité qui régnait lors des sessions d’enregistrement.

Une souscription est mise en place sur ce lien pour pré-commander cet album.

Pour en savoir plus sur le groupe : la page de l’Ensemble Joia

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=8D97K6yWaaQ&hd=1[/youtube]

 

Si vous avez aimé ce reportage, nous vous recommandons notre article sur « le making of musical« 
 

2 Comments to “Où est ma Demeure ?”

  1. broka-ju dit :

    Ouh l’autre il met des ©opyrights dans ses vidéos !

  2. broka-p dit :

    un très bon moment passé avec l’Ensemble JOIA,on l’attend cet album! merci, bravo pour la réa de la video aussi.

Laisser un commentaire

C’est vrai qu’il a de la gueule cet évènement! La « Capitale Européenne de la Culture » à Marseille, ville du sud de l’Europe au fort taux de chômage où l’on préfère, hélas, braquer le Foot-Locker de la rue St-Fé à la Kalash que de manger des petits fours à des vernissages… On a scié de la […]

TV: C’est deux ou trois décennies évoquées à travers nos histoires de téléviseurs. Hommage à une presqu’antiquité, histoire de la préhistoire d’internet, quand tout était cathodique et où ne pouvais pas lacher un com sous le JT de Bruno Masure. TV: C’est l’abréviation de TéléViseur. TV: C’est un gamin de Bujumbura qui vous parle d’un […]

Espigoule, bien plus que du cinéma ! En 1995 apparaissait pour la première fois sur les écrans de cinéma, avec le court-métrage la revanche de Monsieur Seguin, le nom d’Espigoule. Dès ce premier film, le réalisateur Christian Philibert s’amuse à mélanger les genres du documentaire et de la fiction pour atteindre un point d’équilibre quasi […]