BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
Chronique du concert de Dubamix
Categories : Coups de Coeur | Auteur : boutroskatof

Il fallait y être tout là-bas dans l’arrière-pays Ariègeois, c’était à Seix pour un 14 Juillet plus que spécial, pour une fête nationale plutôt… anti-nationale ou l’on a pu voir 3 très bon live le même soir. Il fallait y être et, pour des raisons qui n’intéresse personne, j’ai eu l’immense chance d’y être.

Après la presta des locaux prometteurs « Play-Mobiles » et le trépident « Rap-Ragga-Dubstep Soulèvement » de Duval Mc & Kafra (dont nous avons déjà parlé ici), c’est le groupe Dubamix qui investi, après minuit, la scène et dont nous allons vous raconter le live dans le présent article.

Anticapitalistes, antifascistes, les Dubamix sont des défenseurs de l’autogestion et de l’éducation populaire à l’instar de leurs mentors comme la SCOP Le Pavé ou les Yes Men. Comme eux ils ont décidé de mettre leur talents et surtout leur force de travail au service du message, de la transmission et du partage avec le plus grand nombre.

Les Dubamix sont 4 et, le moins qu’on puisse dire en les découvrant sur scène, c’est qu’il ont bien préparé leur prestation. L’animation video (quand on est pas allergique aux anglicismes on appelle ça du VJaying…) est un spectacle à part entière.

Greg (le fondateur du groupe) est aux machines, il envoie des samples audio (qui déclenchent également des samples vidéos), il est entouré, d’un coté de son ingé-son, qui, fait plutôt rare, n’est pas en régie mais sur scène pour assurer la partie « Mix » (si importante dans l’univers du Dub) et, d’un autre coté, par le VJ qui s’occupe donc de la partie « dub » vidéo.

En régie, le quatrième larron déploie des jeux de lumières particulièrement complémentaires avec la video.

Entre les morceaux, Greg sort quelques vannes ou resitue le contexte politique des morceaux puis se replonge aussitôt avec fièvre sur ses machines, les délaissant par moment pour souffler quelques notes de saxophone ou de mélodica, (cet instruments apportant une touche Reggae/Roots étonnante!). En régie, le quatrième larron déploie des jeux de lumières particulièrement complémentaire avec la video.

Un régal, un excellent moment, voilà comment on pourrait résumer ce concert des Dubamix.

C’est en tout ça, à mon sens, que le groupe est authentiquement militant. Le soin qu’ils apportent à leur live est la meilleure démlonstration de l’authenticité de leur engagement. Dans leur univers Dub Militant, sophistiqué, élaboré autant qu’énervé et accessible à tous. Les morceaux s’enchainent sans jamais faiblir. Des samples de discours (de droite) sont mixés sur du gros dub (de gauche)  et l’absurdité de l’argumentaire capitaliste n’en devient que plus éclatante.

A l’heure ou le mot « dub » devient le suffixe à la mode (le style Dubstep, les soirées Dubstation…) on peut dire que ces quatre banlieusards font plutôt honneur au nom qu’ils se sont choisit.

Les amateur du genre, bien représenté dans la population locale (le dub aurait, parait-il été inventé en Ariège…), en ont eu pour leur argent ce soir là… quand je vous disais qu’il fallait y être!

Laisser un commentaire

Appel du collectif LA PAZ, qui a réquisitionné un hameau et 5 hectares dans le Gers Le monde d’après… Nous assistons ces dernières années à un drôle de phénomène. Une logique établie comme un idéal indépassable se retrouve brutalement mise en question. Un rêve sublime qui finalement tourne au cauchemar… Aujourd’hui, nous ne savons plus […]

C’est du rap fils, du boom bap pour les fans des années 90 Rappait Ben du Puzzle en 2008. Cet artiste qui rappait dans le même album (Suicide Commercial) Retour en 98 montrait une réelle envie de retour aux sources, à ce qu’on appel l’âge d’or du rap Français. En effet pour beaucoup, moi y compris, […]

chien en costume de brokatof spirit

Ce matin je me suis réveillé flaps. Un peu smooth quoi,  comme quand on reçoit un quinzaine de « mail delivery failure » après avoir envoyé un lolcat en kilt un soir de réveillon. Non pas que j’avais mal au crâne mais je me sentais inexplicablement nostalgique (ne pas confondre avec aspegic) comme un sole pleureur australien […]