BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
Côté parloir
Categories : Coups de Coeur | Auteur : Julien Girardot

Par Julien Girardot, membre du collectif Brokatof.

 

Il y a 2 ans je montais les bonus du DVD du documentaire marseillais « Nous, princesses de Clèves » de Régis Sauder, dont deux portraits des belles personnes Chaki et Abou.

Cette année j’ai monté deux courts-métrages marseillais dans lesquels ils jouent.

Il y a des hasards qui font plaisir !

Vous pouvez soutenir le très beau « Côté parloir » premier film de Ségolène Ordonneau avec Chaki en premier rôle, que nous sommes en train de monter.

Le film a besoin de votre aide, voici la présentation de la réalisatrice :

 

 

Mon frère Gonzague et moi avions initié un projet de film sur le thème de l’enfermement. Il me tenait à cœur de terminer ce travail.

Ce projet, devenu réalité, est un court métrage : « Côté parloir », en cours de finition.

 

L’idée m’en était venue à l’époque où je donnais des cours de français  à « l’École à l’hôpital ». Un jour j’ai enfreint les règles de déontologie de l’association en acceptant de poster la lettre d’une de mes élèves enfermée dans un hôpital psychiatrique.

Par la suite, j’ai eu besoin de raconter l’histoire de cette transgression si spécifique à l’enfermement, aux relations humaines qui se nouent entre celui qui est libre d’entrer et de sortir d’un lieu fermé et celui  qui est enfermé.

Avec Gonzague, nous avons écrit ce court-métrage pour mettre en scène cette histoire. Le lieu de l’enfermement est devenu la prison et l’association, le Génépi.

Ainsi est née la rencontre entre Djamal, un étudiant du Génépi et Yves, un détenu de la prison des Baumettes.

J’espère vivement, par l’intermédiaire du SPIP (Services pénitentiaires insertion et probation) pouvoir montrer « Côté parloir » aux détenus des Baumettes, où se situe l’action principale du film.

Nous avons reçu l’aide à l’écriture de la région Paca et « Côté parloir » a été sélectionné au Festival de Nice, en octobre dernier, pour « Travaux en court(s)». Mais le budget global n’est pas bouclé,  aussi je me permets de vous solliciter.

C’est l’association OPUS ONE (dont l’objet est la production de documentaires et de fictions)  qui récoltera vos dons.

J’ai  ouvert un compte « Côté parloir sur « leetchi.com »  Voici le lien : http://www.leetchi.com/c/cagnotte-de-segolene-ordonneau

Les frais de fabrication du film s’élèvent actuellement à 9000 euros.

Naturellement,  je vous tiendrai au courant des différentes étapes de la fabrication du film et de son financement.

Je vous invite à aller sur Facebook où j’ai mis en ligne une vidéo de présentation  de « Côté parloir ».

Je vous remercie infiniment de votre engagement à nos côtés et vous souhaite une très bonne fin d’été.

 

Ségolène Ordonneau

 

Plus d’infos sur le film sur Facebook :
https://www.facebook.com/cote.parloir

N’hésitez pas à partager !

COTE PARLOIR2

COTE PARLOIR1

1 Comment to “Côté parloir”

  1. caromel dit :

    pemsée pour tout ceux qui somt dedams/ partagé

Laisser un commentaire

youssouphanoirdesir

Le Lundi 23 Janvier 2011 sortait l’album de Youssoupha intitulé NOIR DESIR.  Album très attendu dans le milieux du rap Français : Déjà d’une parce que Youss’ a perdu son procés contre le francophile Français Eric Zemmour (on rappelle la phrase dans à force de le dire  « J’mets un billet sur la tête de celui qui […]

Tumeurs et silences

Comment expliquer l’omerta entretenue depuis un demi-siècle sur les cancers qui se développent dans un territoire proche de Marseille, Fos-étang de Berre, où vivent quelque 500 000 habitants ? Jacques Windenberger, photojournaliste, assemble dans ce film de 20 minutes, les pièces accablantes du puzzle. À Martigues, Fos-sur-Mer, Port-de-Bouc… , pétrochimie et sidérurgie sécrètent dans le […]

Willis-from-tunis-brokatof

Le petit chat Willis (from Tunis c’est son nom de famille je suppose) est né dans les faubourgs de Tunis lors d’un discours du dictateur françafricain Ben Ali dont les jours à la tête du pouvoir était comptés… Ce dernier (Ben Ali, pas Willis) avait pourtant eu le temps de profiter du pouvoir depuis 3 […]