BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
Noir Désir de Youssoupha
Categories : Coups de Coeur | Auteur : clemd

Le Lundi 23 Janvier 2011 sortait l’album de Youssoupha intitulé NOIR DESIR

Album très attendu dans le milieux du rap Français : Déjà d’une parce que Youss’ a perdu son procés contre le francophile Français Eric Zemmour (on rappelle la phrase dans à force de le dire  « J’mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Eric Zemmour ! » (1)). Ensuite, grâce aux  clips « Esperance » et « Menace de mort » (ce dernier clip ne se contente pas de parler de sa propre affaire à lui mais bel et bien de faire une sorte d historique des démêlés que le rap a pu avoir avec la Justice Française) qui, aussi bien réalisés que la chanson est bien écrite, ont su nous mettre l’eau à la bouche pour ce noir désir.

 

Image de prévisualisation YouTube

« Parle nous d’amour avant de nous parler de monnaie ».

Alors rentrons dans le vif du sujet, tout d’abord pour ceux qui se demandent, non l’album n’a rien à voir avec un célèbre groupe de rock Bordelais, Bertrand Cantat n‘apparait dans aucune chansons.

Au niveau des prod’ on oscille entre rap lourd comme on a l’habitude de l’entendre, et d’autres plus originales, plus légères (comme sur Histoires Vraies, Dreamin’ et Les disques de mon père).

Si les thèmes abordés ont été 100 fois vus et revus ( l’amour, le fait d’avoir un enfant, le danger du communautarisme, l’egotrip etc… ) ce qui fait la force de cet album, c’est sans aucun doutes ses textes. Ces derniers, peaufinés à souhait, font qu’on reconnaît bien là les punchlines qui sont la marque de fabrique de Youssoupha. Allez un petit florilège pour vous ;


« Je ne m’inquiète pas, les autres MC font du sous- Booba »

«  Je préfère répéter que j’étais noir comme ça y’a pas de risques

qu’ils disent un jour que j étais blanc comme ils l’ ont dit du Christ »

« Comment veux tu que je mène une vie de rêve alors que je ne dors plus ? »

«  Viens on parle encore de notre malaise,

pour qu’ils nous comprennent on siffle encore et encore la Marseillaise »

Et on notera que Youssoupha sait aussi faire un petit clin d’oeuil aux MCs qu’ils apprécient comme par exemple :

«  Les gens sont paranos, lunatiques,

si je rappe Retour Aux Pyramides ils diront que je suis un illuminati »

« Comme dit Rocé, je suis un des rares MC de 30 piges à rapper comme un adulte.  »

Tout ceci, plus les différentes prods en font un album très hétéroclite. Peut être même trop pour certains, par exemple il m’est difficile d’imaginer qu’un jour il y aurai pu avoir Taipan et Corneille sur le même CD. Mais, même si certaines chansons sont assez éloignées des autres, ( en particulier Histoires Vraies et Dreamin’ qui ont plus leur place dans la catégorie « R’n’B pour Skyrock » d’après moi… ) il se dégage une ambiance très novatrice et positive de ce CD. Et en ce moment ça fait du bien d’entendre quelque chose de nouveau croyez- le !

 

Il y a une phrase qui résume bien l’album «  C est pas du rap de rue, c’est du rap d’amour ». Le rappeur apporte un message d’amour – contrairement à ce que le titre de l’album pourrait laisser croire – sans fausse naïveté, ni image de gangster pour faire vibrer les jeunes en manque de sensations fortes, ni image de faux Che Gevarra. Noir desir est un album qui vit avec son époque, un mélange de beaucoup d’émotions sans en faire trop. On notera aussi le refrain de l’enfer c’est les autres

«  On a des ghettos dans la tête qui nous rendent solitaires

Comment changer le monde si on est même pas solidaire ? »

Il est sorti en Janvier et pourtant beaucoup pense que c’est déjà l’album de l’année en matière de Rap Français ! En tout cas c’est un album qui ne peut laisser indifférent.

 

Pour finir de mon propre avis Noir Desir de Youssoupha est le Arabian Panther de Médine : Un album complet, à tous les niveaux qu’on se doit vraiment d’acheter si on aime le rap.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

  1. Voilà ce que j’ai trouvé sur le net qui résume bien ce que je pense :

En français, l’expression « mettre un billet sur la tête de quelqu’un » n’existe pas. On évoque le fait de « mettre un billet sur un cheval » quand on veut parier sur lui ou « mettre la tête à prix de quelqu’un » voire « mettre unCONTRAT sur sa tête » lorsqu’on veut respectivement l’arrêter ou le faire assassiner. 

Mais « mettre un billet sur la tête de quelqu’un » pour désigner un contrat lié à un meurtre, je n’ai trouvé aucune référence littéraire à cette expression. 

Donc cette expression n’existe pas. POINT. Une expression se valide par son utilisation courante notamment dans la littérature. 

On ne voit pas comment des petits sophistes peuvent affirmer que cette phrase est clairement un appel au meurtre alors que l’expression en tant que telle n’existe pas en langue française. 

Et de toute façon, ici, la phrase « mettre un billet sur la tête » concerne celui qui fera taire Zemmour, pas Zemmour lui-même. 

Donc Youssoupha ne peut qu’évoquer le fait de payer une somme à celui qui clouera le bec de Zemmour, donc qui réussira à le contredire. 

A moins de ne pas comprendre le français, on ne voit pas comment une expression concernant celui qui le fera taire devient une expression qui demande l’assassinat de Zemmour. 

CQFD

 

Source

 

 

 

 

 

 

 

1 Comment to “Noir Désir de Youssoupha”

  1. broka-j dit :

    Merci pour cette chronique et pour la découverte.

Laisser un commentaire

Grunge vintage television

TV: C’est deux ou trois décennies évoquées à travers nos histoires de téléviseurs. Hommage à une presqu’antiquité, histoire de la préhistoire d’internet, quand tout était cathodique et où ne pouvais pas lacher un com sous le JT de Bruno Masure. TV: C’est l’abréviation de TéléViseur. TV: C’est un gamin de Bujumbura qui vous parle d’un […]

nauru

Voici un excellent reportage sur l’implosion écologique de l‘île de Nauru. A la fin des années 60, ce petit état devient grâce à une sur-exploitation de ses ressources naturelles (essentiellement des carrières de Phosphore) le second pays le plus riche du monde par habitants ! Aujourd’hui, les ressources de l’île se sont quasiment épuisées, et […]

fenetre Sur Cour

Pour finir en douceur ce long week-end, voici une jolie petite curiosité trouvée sur internet. Dans son film « Fenêtre sur Cour » (1954), le réalisateur Alfred Hitchcock filme essentiellement de façon subjective le point de vue de son personnage principal : Un photographe cloué sur sa chaise roulante qui passe ses journées à épier ses voisins. […]