BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
Le Napoléon Bonaparte coule
Categories : Mondokatof | Auteur : boutroskatof

Le Ferry « Napoléon Bonaparte » à Marseille à subi hier des rafales de mistral exceptionnellement fortes, si bien qu’il à percuté le quai, cassé ses amarres et qu’on s’affaire actuellement à ne pas le laisser couler. Heureusement pas de victime mais une image que les marseillais ne sont pas prêt d’oublier tant ce gigantesque Ferry de navette Marseille-Corse faisait parti du paysage. On peut y voir un signe annonciateur de notre fameuse fin du monde, ou encore (et ça serait plus sympa) le naufrage d’une vision « impérialiste » du monde qui n’a pas peur de donner à un navire le nom d’un fou furieux responsable de millions de mort en Europe (et pas que…).

Voici quelque clichés attrapés hier vers 18h et dans la nuit, par notre journaliste d’investigation (on est comme ça à Brokatof, on investigue ;)

1 Comment to “Le Napoléon Bonaparte coule”

  1. jerome dit :

    Merci Boutroskatof pour cette belle investigation journalistique ;-)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je vous propose de découvrir la très bonne chaîne Youtube du Stagirite. Les 3 premiers épisodes de « Langues de Bois » pourront vous apporter quelques clefs pour mieux décoder les discours de nos politiques. [youtube]http://youtu.be/2AIREsYtwsc?list=UUtyONQLs6htK-wWiCAk4wVw[/youtube] Elles sont nécessaires, elles sont courageuses, la situation les impose. Ca ira mieux après, promis. [youtube]http://youtu.be/Mb_OtDoMybg?list=UUtyONQLs6htK-wWiCAk4wVw[/youtube] Langues de bois, l’émission qui […]

Le site Arte+7 propose parfois des petites perles de documentaires, « Survivre au Progrès » en fait partie. Un cri d’alerte tout en douceur, qui nous rappelle en une petite heure que l’humanité est belle et bien en train d’entamer sérieusement sont auto-destruction. Épuisement des ressources naturelles, surpopulation, désertification, désastres écologiques et économiques, systèmes politiques à bout […]

Il fallait y être tout là-bas dans l’arrière-pays Ariègeois, c’était à Seix pour un 14 Juillet plus que spécial, pour une fête nationale plutôt… anti-nationale ou l’on a pu voir 3 très bon live le même soir. Il fallait y être et, pour des raisons qui n’intéresse personne, j’ai eu l’immense chance d’y être. Après […]