BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
Le Napoléon Bonaparte coule
Categories : Mondokatof | Auteur : boutroskatof

Le Ferry « Napoléon Bonaparte » à Marseille à subi hier des rafales de mistral exceptionnellement fortes, si bien qu’il à percuté le quai, cassé ses amarres et qu’on s’affaire actuellement à ne pas le laisser couler. Heureusement pas de victime mais une image que les marseillais ne sont pas prêt d’oublier tant ce gigantesque Ferry de navette Marseille-Corse faisait parti du paysage. On peut y voir un signe annonciateur de notre fameuse fin du monde, ou encore (et ça serait plus sympa) le naufrage d’une vision « impérialiste » du monde qui n’a pas peur de donner à un navire le nom d’un fou furieux responsable de millions de mort en Europe (et pas que…).

Voici quelque clichés attrapés hier vers 18h et dans la nuit, par notre journaliste d’investigation (on est comme ça à Brokatof, on investigue ;)

1 Comment to “Le Napoléon Bonaparte coule”

  1. jerome dit :

    Merci Boutroskatof pour cette belle investigation journalistique ;-)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

chien en costume de brokatof spirit

Ce matin je me suis réveillé flaps. Un peu smooth quoi,  comme quand on reçoit un quinzaine de « mail delivery failure » après avoir envoyé un lolcat en kilt un soir de réveillon. Non pas que j’avais mal au crâne mais je me sentais inexplicablement nostalgique (ne pas confondre avec aspegic) comme un sole pleureur australien […]

C’est vrai qu’il a de la gueule cet évènement! La « Capitale Européenne de la Culture » à Marseille, ville du sud de l’Europe au fort taux de chômage où l’on préfère, hélas, braquer le Foot-Locker de la rue St-Fé à la Kalash que de manger des petits fours à des vernissages… On a scié de la […]

Attention ça chante un peu faux mais ça chante avec le coeur et ce petit morceau enregistré à Port-de Bouc va surement rester un témoignage historique. C’est la ballade, l’hymne peut-être, d’une usine de fabrication de thé reprise par ses ouvriers (fait rarissime!) à la multinationale Unilever, ça se passe en ce moment et c’est […]