BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
Héritage des droits d’auteurs
Categories : Reflexion | Auteur : Jerome

 

Blurred Lines line

Ces derniers mois, plusieurs affaires liées à des héritiers d’Artistes ont été relayées dans la presse.
Que ce soit les héritiers de Marvin Gaye qui devraient recevoir plus de 7 Millions de Dollars sans avoir composé la moindre note, les héritiers de Picasso qui veulent récupérer les croquis (non signés et non dédicacés) que leurs grand-père avait offerts à son ouvrier, les héritiers de Tolkien qui réclament 80 Millions de Dollars (rien que ça) à la Warner Bros ou encore les ayants droit de Saint Expury qui font tout leur possible pour que le petit Prince ne tombe pas encore dans le domaine public

Dans toutes ces histoires, un point commun : sous prétexte de défendre la création, les artistes et le droit d’auteurs, les ayants droit semblent surtout intéressés par l’argent.

Alors que des milliers de créateurs bien vivants galèrent pour manger et pour financer leurs créations, est-il normal que des enfants ou petits-enfants d’artistes peuvent percevoir des sommes astronomiques sans avoir le moindre talent ?

– Les héritiers, rentiers de l’Art :

Tout d’abord il est important de savoir qu’un héritier d’artiste peut être soit un descendant soit une société gérant ses œuvres. Sauf cas exceptionnels, un héritier ayant droit n’a aucunement participé la création de l’œuvre originale sur laquelle il va gagner de l’argent.

Il y a quelques mois, Robin Thicke et Pharell Williams ont été jugés coupables de plagiat avec leur tube « Blurred Lines ». Les Héritiers de Marvin Gaye devront percevoir plus de 7 Millions de dollars pour les arrangements très proches entre le tube de 2013 et le classique de 1977,  « Got to Give up ».
Ce jugement, très sévère, risque d’avoir des conséquences désastreuses sur la création musicale.
En effet, entre « Got to give up » et « Blurred Lines » il existe un lien de parenté très proche et indéniable (Thicke et Williams ont toujours dis s’être librement inspirés du titre de Gaye), mais les points communs sont dans les sonorités, les arrangements, le groove et le feeling du morceau, pas dans la mélodie et l’harmonisation.
Le titre à été composé à « la manière de », pas en reprenant des notes ou la mélodie.
Une sorte d’hommage, une continuité aux œuvres de Gaye, en aucun cas un vol.

Pour s’en rendre compte, la solution la plus simple est de demander à un chanteur d’interpréter ces deux tubes simplement accompagné d’une guitare et vous entendrez que musicalement deux chansons qui n’ont rien à voir.

Faites vous une idée en écoutant les deux titres : 
Image de prévisualisation YouTube

Si un tel jugement fait jurisprudence alors peut être que bientôt les musiciens ne pourront plus improviser de blues sur une grille classique de 12 mesures , les compositeurs de musique de films devront verser des royalties aux héritiers de Stravinski ou Wagner, les guitaristes de reggae ne pourront plus jouer avec le célèbre Skank qui définit le style et les Rockers devront peut-être se passer de l’incontournable solo de guitare saturée…

Marvin Gaye qui avait déjà été assassiné par son père, serait surement outré de voir ses propres enfants assassinés d’une certaine manière la liberté de créer en s’inspirant.

Blurred Lines line

– Des idées, des solutions :

Alors oui, les Artistes doivent être protégés afin d’éviter les débordement malsain d’un Richard Prince (qui arrive à vendre 100 000 Dollars des photos qu’il récupère sur des profils d’autres artistes sur Instagram), mais plus que la protection, le droit d’Auteurs est censé être une disposition permettant aux artistes de vivre.

Hors aujourd’hui, et malgré les perceptions de droits d’auteurs, les artistes galèrent toujours autant pour manger et monter leurs projets, paradoxalement à cette situation, une poignée d’héritiers vont parfois bien vivre de la création et du travail de leurs aïeux.

La perception des droits d’artistes décédées ne devrait-elle pas plutôt être mise au service des artistes vivants et reversée sous forme d’aides à la création, de créations de lieux de diffusion (salles de concerts, d’expo etc…) et de budgets pour les associations culturelles ?

Rendre ainsi moins lucratif le catalogue posthume des artistes décédés pourrait peut-être libérer de la place dans les Bacs pour des artistes bien vivants ou permettre aux consommateurs de ne pas claquer tout leur argent dans une énième ré-édition d’un album mythique ?

 

Blurred Lines

2 Comments to “Héritage des droits d’auteurs”

  1. Akuen dit :

    Ca part d’un bon sentiment, cette article. Mais franchement…. ça a été écrit pas quelqu’un qui n’y connait absolument rien. Je vais pas expliquer de manière détaillée pourquoi car entre les incohérences, les confusions et les a priori, quasiment chaque phrase est erronée.

    • Jerome dit :

      Votre point de vue et les échanges sont les bienvenues sur ce site.
      N’hésitez pas à partager avec nous tous votre expérience et votre vision du sujet.

Laisser un commentaire

i_was_here

Il fallait y être tout là-bas dans l’arrière-pays Ariègeois, c’était à Seix pour un 14 Juillet plus que spécial, pour une fête nationale plutôt… anti-nationale ou l’on a pu voir 3 très bon live le même soir. Il fallait y être et, pour des raisons qui n’intéresse personne, j’ai eu l’immense chance d’y être. Après […]

affiche festival de la caricature 2012 estaque

Dans un journal, que lisez vous en premier? Plus synthétique qu’un article, plus amusant qu’un long discours quoi de plus politique qu’un petit croquis bien senti d’une situation? Partager une opinion peut se faire en dessin, et ce n’est pas les sujets actuels qui manquent et qui ont besoin des coups de crayons affutés de […]

Moustaches ! Duval Mc et Caroline DALLA - éditions l'initiale

Après le très gros succès de leur précédent ouvrage « C’est Fermé ! » , Caroline Dalla (illustratrice) et Duval Mc (auteur) reprennent leurs crayons pour un nouveau livre pour enfants : Moustaches ! Un livre pour le jeune public, avec de magnifiques illustrations et un texte très drôle, à lire à proximité d’un miroir histoire de […]