BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
La dose de scandale
Categories : Reflexion | Auteur : boutroskatof

On mesure bien la dose de glucose pour les diabétiques, pourquoi ne pourrait-on pas mesurer la dose de scandale admissible par un être-humain pendant la durée d’une vie?

Le scandale a-t-il une zone d’activité qui lui soit propre dans le cerveau? Est-il intéressant d’en chercher la racine? Pourquoi ne nous scandalisons-nous pas pour les mêmes phénomènes ? Et puis d’abord, c’est quoi « un scandale »?

Le dictionnaire étymologique nous dira par exemple:

« ce qui est occasion de chute », « indignation qu’on a des actions et des discours de mauvais exemple », ou encore: « ce sur quoi on trébuche ».

Mais cela ne nous dira rien sur notre faculté à nous indigner ou, au contraire, à rester insensible face à un évènement ou à des faits. Qu’est-ce qui est le plus scandaleux? Ce qu’à fait Dominique Strauss-Kahn au Sofitel ou ce qu’il a fait au FMI? fmi
En soi les deux évènements sont scandaleux. Qu’une seule personne ou des millions soit touchés, c’est moins le « score » des conséquences, que l’acte lui-même qui est inacceptable. Pourtant dans ce cas précis, les médias du monde entier ont révélé un seul des deux scandales alors même que les agissements, depuis 1976, du FMI (Fond Monétaire International) mériterait, n’importe quel jour de l’année et quelle que soit l’actualité, la une de tous les journaux de la planète. A aucun moment, l’affaire du Sofitel n’a permis de dire quoi que ce soit sur les méfaits de cet organisme international qui impose à des États de brader leurs économies, de privatiser leurs services publics et de livrer leurs populations au profit de multinationales occidentales.

Clearstream_dossier

Souvent un faux scandale propulsé par les médias a pour fonction d’en éclipser un vrai ou d’attirer l’attention suffisament à coté pour qu’on n’y comprenne plus rien. Le meilleur exemple que je connaisse de cet « étouffement de scandale par un autre scandale », c’est l’affaire Clearstream, tentons de la résumé de la manière la plus simple:

-La vrai affaire CLEARSTREAM: Une société de clearing (transfert d’argent par trilliard d’euros) permet l’usage de plusieurs milliers de comptes secrets, assurant aux plus grosses banques du monde, ainsi qu’à un certain nombre de milliardaires, une impunité totale.

-La fausse affaire CLEARSTREAM (celle que nous ont servi tous les médias affiliés aux lobbies de la finance et aux marchands d’armes): Des hommes politiques s’accusent d’avoir des comptes secrets dans un paradis fiscal. Avec des vrais morceaux de « faux documents » et de « corbeaux » dedans…

Avoir une position politique, se construire une opinion, passe par une réflexion sur la scandalité des évènements de notre monde moderne. Rechercher la dignité et la vérité se fait souvent sur la première marche d’un escalier de scandales. Ce scandaliser, c’est peut-être déjà prendre connaissance de ce qui ne nous est pas supportable de savoir, à moins que ce monde moderne soit en lui-même un amalgame de scandales tus qui se serait érigé tel un stalagmite dans une grotte.

sandale

 

Laisser un commentaire

Elle est où la baballe? hein c’est qui qui? c’est qui qui le gentil toutou à sa mémère? c’est qui qui? hein? c’est qui qui? C’est Richard Gotainer le toutou à sa mémère? Non c’est pas le Gotainer le kiki à sa mémère! Hein c’est qui qui alors? Bouyouyou qu’il est mignon le toutou! Elle […]

Le reportage gonzo allie la plume d’un maître reporter, le talent d’un photographe de renom et les couilles en bronze d’un acteur. Hunter S. Thompson Bon, ça met un peu la pression, je préfère peut-être cette définition : Selon Cardoso, Gonzo (de l’argot irlandais du Sud de Boston) décrit le dernier homme debout après une […]

On aurait pu en profiter pour mettre en photo une superbe créature à forte poitrine mais cela aurait montré une incompréhension totale du concept de « journée de la femme » (>plaisanterie inside). Nous avons donc choisi, au comité rédactionnel de Brokatof, de faire notre propre audit de représentativité au sein du collectif, c’est-à-dire, de voir un […]