BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
Open Data
Categories : Reflexion | Auteur : boutroskatof

Peux-t-on qualifier l’ Open Data de mouvement? de révolution lente? Y’aurait-il une possibilité politique de transition entre des régimes politiques qui n’ont de démocratique que le nom et d’éventuelles sociétés plus « participatives »? Encore faudrait il que tout le monde puisse en profiter car, ce qui n’est déjà pas la cas pour l’alimentation aurait peu de chance d’être effectif pour l’accès au matériel et aux connaissances nécessaires à cet « e-civisme » de demain.

Nous vivons la préhistoire de quelque chose qui ne se ferra pas sans nous ou qui se ferra contre nous si nous en négligeons les enjeux.
Défendre l’accès aux données publiques, rebâtir une déontologie du traitement de l’information (notamment pour le journalisme, secteur professionnel en schizophrénie perpétuelle), et puis éplucher tranquillement les compilations de données sur le monde, comme on épluche des pommes de terre devant une cheminée, voilà de quoi occuper les longues soirées d’hiver du futur.

Cela peut bien évidement déboucher sur des applications surprenantes comme l’usage qu’a pu explorer le canadien David Mac-Candless dans son livre « Data Vision ». La compilation des données (data en anglais) peut devenir extrêmement expressive lorsqu’elle prend la forme d’un graphique. Il s’explique dans la vidéo ci-dessous, revendiquant presque la possibilité de découvrir un nouveau langage regroupant les forces du dessin, du symbole, de la collecte numérique et de la sémantique:

Des outils pour comprendre le monde? Très certainement, si vous n’en êtes pas convaincu observez ce graphique représentant une cartographie des entités contrôlant les médias en France, la bien nommée « carte du Parti de la Presse et de l’Argent », ou comment une simple illustration graphique montre mieux le phénomène qu’aucun livre:

(source: le Plan B).

Ou encore ce diagramme représentant les conflits armés dans l’histoire humaine et leur conséquences en nombre de victimes (observation édifiante, on meurt plus en 2010 que pendant la 1ère guerre mondiale). Là aussi nous pouvons percevoir en un coup d’oeil les proportions réelles que nous sommes habitués à appréhendé en chiffres.


(Cliquez sur l’image pour la faire apparaitre en grand)Source: Le Monde Diplomatique.

Voilà ce qu’on peut faire avec des données, des visions inédites, de nouvelles pratiques professionnelles, de nouveaux métiers comme le Journalisme de Données.
Démocratiser, vulgariser, rendre accessible, à tous, une « conscience globale » que seul un chercheur spécialisé aurait pu atteindre avant la révolution du traitement numérique des données, c’est bien là l’enjeu de l’ouverture des données, de la mise en place de pratiques institutionnelles ouvertes allant vers toujours plus de lisibilité et de transparence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Une production portée par Brokatof :) l’album d’un artiste du collectif bientôt chez vous! Le Collectif Brokatof, lance un appel à souscription pour le nouvel Album de Duval Mc « Etat Second ». Il s’agit tout simplement de l’acheter avant sa fabrication pour nous permettre de financer cette même fabrication. Cet album à été

Après il y a quelques jours mon article sur les reprises de tubes et de standards au piano solo, voici les reprises de classiques de la culture pop en version 8 bits ! Pour les moins de 25 ans qui n’ont pas connu ces sonorité synthétique primitives, voici la définition trouvé dans Wikipédia : 8-bit […]

Ça y est, j’ai enfin trouvé comment qualifier ce que fait Dubamix… on peut appeler ça du « Dub-Documentaire ». Alors, peut-être que l’appellation existe déjà mais moi je trouve que ça colle parfaitement à l’univers artistique de ce combo de banlieusards productifs. L’adjectif « documentaire » est à prendre au plus beau sens du terme, c’est-à-dire une production […]