BROKATOF
le blog collectif des membres du collectif
A l’Origine c’était…
Categories : Zapping du Web | Auteur : Jerome

Avant de devenir des « tubes » que l’on a entendus de partout,  les chansons passent souvent, entre le moment ou elles sont enregistrées en studio et la sortie en single, par la moulinette et les bistouris de producteurs, d’arrangeurs, monteurs et parfois remixers pour rentrer dans le « moule » imposé par les radios et les chaînes de télé.

Ainsi bien souvent, une chanson sur un album, d’une durée de 4 minutes 30 se verra redécoupée pour une version plus légère de 3 minutes 30.
C’est la fameuse version « radio Edit » que l’on trouve dans les singles.

Mais parfois, la transformation est beaucoup plus importante.
Le style de la musique change radicalement, de nouvelles parties sont créés ou le titre devient carrément méconnaissable.

Voici quelques exemples de ce qu’étaient ces tubes avant leurs modifications :

 

– A-ha – Take on me (version 1984)
En écoutant cette version, on sent bien que ce titre à un gros potentiel mais à l’époque le single sort et passe relativement inaperçu.
Dans cet exemple, les producteurs ont eu les bonnes idées de faire des arrangements musicaux plus efficaces, de changer la garde robe du chanteur et de débloquer un très gros budget pour un clip révolutionnaire à l’époque.
Résultat, la vidéo a tourné en boucle sur MTV et le titre se classe en tête des Hits parades dans le monde entier.
(Attention, cette vidéo peut un peu piquer les yeux par moment)

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=vG3-lCHdDf8&feature=related[/youtube]

 

 

– Everything but the girl – Missing
La version qui a fait connaître au grand public la voix de Tracey Thorn n’est pas la version originale de la chanson mais un remix réalisé par Terry todd. C’est l’exemple type de la chanson plus connu pour son remix que sa version originale.

(Vidéo à voir sur YOUTUBE uniquement, désolé)
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=tpGEIf_rcTg[/youtube]

 

 

– Blondie – Heart of Glass (version 1975)
On en parlait sur ce site il y a quelques jours dans le très bon petit making of sur l’histoire de cette chanson sur cette page .
La première version de ce tube disco Rock était il faut le reconnaitre assez désorganisée mais bien plus rock que la version définitive. On peut remarquer que le charme de la mélodie était déjà bien présent.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=SkjeAt0KrL8[/youtube]

 

 

– I AM – Je danse le Mia (version album)
la version de la chanson qui a fait connaître I AM au grand public était à l’origine beaucoup plus sombre.
Ici point de sample de George Benson, la version du Mia de l’album « Ombre et Lumière » n’aurait peut être pas connu le succès qu’elle a eu.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=U202Ug2XLAA[/youtube]

Les IAM, groupe issue de l’âge d’or du sampling, ont bien connu les problèmes de copyrights, parfois avec de gros problèmes comme avec les ayant-droits de Gainsbourg pour leur parodie de « Harley-Davidson » dans « Ombre et Lumière ». Mais pour « le Mia », George Benson, dans un studio new-yorkais, aurait fait commander illico du Champagne pour fêter ça avec les marseillais. Un état d’esprit différent…

 

 

– the Nightcrawlerrs – Push the feeling on (version 1992)
Ici c’est l’exemple type de la version originale qui ne correspond absolument en rien (en dehors du titre) à la version qui a fait le tour des discothèques de la planète.
Le Remixeur de la version que nous connaissons n’a en effet gardé que quelques syllabes chantées par le chanteur dans le titre original et tout le reste à la poubelle !
Un remix Radical qui a toutefois permis au groupe « the Nightcrawlers » de se faire un nom dans un style musical qu’ils ne pratiquaient pas…
Un choix discutable, mais un remix terriblement efficace…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=A4tZiThZPdE[/youtube]

 

 

– John Lennon / the Beatles – Free as a bird (version 1977)
Voici la version originale de la maquette chantée par John Lennon au piano.
C’est de cette version de mauvaise qualité qu’a été extraite la voix utilisée en 1995 par les 3 autres membres du groupes pour composer ce qu’on pourrait appeler, la dernière chanson enregistrée par les 4 Beatles originaux…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=yHSFTRUekT0[/youtube]

 

 

– Depeche Mode – Enjoy the Silence (version Démo)
Martin Gore, le compositeur du groupe avait composé une petite chanson assez sombre et toute en délicatesse. Mais, c’est pourtant une version plus dansante interprétée par la puissante voix de Dave Gahan qui fera tout le succès de ce titre.
L’exemple de la chanson aussi efficace dans les deux versions.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=GRyDzc4FF0E[/youtube]

 

 

– Soft Cell – Tainted Love (version démo)
Cette chanson ultra connu est une reprise de Gloria Jones, mais la reprise électro de Soft Cell est un ré enregistrement de cette version antérieure et il faut le reconnaitre moins efficace, même si très proche, que la version définitive.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=qsMz9vIaLwQ[/youtube]

 

N’hésitez pas à compléter cette liste en nous envoyant vos liens en dessous :

1 Comment to “A l’Origine c’était…”

  1. Pierre R dit :

    Bonjour, j’aimerais avoir plus d’informations à propos du sample de « Je danse le Mia » et surtout l’anecdote de George Benson!
    Merci!

Laisser un commentaire

Quand les humains s’amusent à refaire à l’identique les génériques de leurs dessins animés préférés, cela donne des vidéos très amusantes : (Article en hommage à ShingoAraki, dessinateur et créateur de personnages d’animation (Ulysse 31, Inspecteur Gadget, Lady Oscar), qui nous a quitté le 30 novembre 2011) Les Simpson : [dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xbw5i_le-generique-des-simpsons-en-vrai_fun[/dailymotion]   Ulysse 31 : […]

En 1999 sortait sur les écrans français « Les 4 saisons d’Espigoule« , premier film d’un jeune réalisateur, Christian Philibert, tourné caméra à l’épaule, sans véritable budget,dans un petit village provençal avec ses vrais habitants.   Le film, toujours à la frontière entre documentaire et comédie, raconte une année de la vie du village d’Espigoule. Il est un […]

L’histoire démarre en 2009, quand un petit groupe de personne décide d’acheter à plusieurs une action Casino pour avoir le droit d’assister à l’assemblée générale des actionnaires du groupe et y poser des questions taquines du genre  » pourquoi les dividendes des actionnaires ne cessent d’augmenter alors que les salariés triment pour des salaires de […]